Rejoignez les 25 000 lecteurs qui reçoivent chaque semaine une nouvelle histoire coquine. abonnement à la newsletter

Moi, secrètement

Moi, secrètement

Publiée le 19 septembre 2018  

Je travaille dans une entreprise internationale à capitaux anglo-saoudiens. J'ai été embauchée l'année dernière, grâce à un CV que j'ai adressé à l'aveugle avec photo, probablement parce que je suis trilingue, que j'ai comme sésame d'entrée un diplôme de "business school" et peut-être parce que l'on me trouve plutôt sexy. Ce dernier aspect est probablement le plus déterminant.
Et pourtant, je n'ai pas à me plaindre. Je ne me fais jamais draguer au travail. L’ambiance y serait plutôt au puritanisme bien pensant anglo-saxon métissé d'un certain machisme venu d'Orient.

Mon poste n'est ni intéressant ni inintéressant, autant dire que je ne suis ni heureuse ni malheureuse au travail et comme je ne suis ni bien ni mal payée, je me fonde dans la masse des salariés ni motivés ni indifférents.

Mais croyez-moi, j'ai une superbe libido. C'est ma fierté et je l'entretiens avec soin. De jour comme de nuit, elle est ma fidèle et tendre compagne.

De nuit, je ne vous en parlerai pas. Mes amants préférés et ceux de passage le feront mieux que moi. Mais de jour, durant mes longues heures de bureau pensez-vous que je la délaisse ?
S'il en était ainsi ce serait chose fort triste.

Ainsi, comme je vous l'ai dit, mon travail n'est en rien excitant.  Mais savez-vous où ma joie demeure ?

Peut-être l'avez-vous déjà deviné. Elle se trouve dans une pratique fort divertissante que je me suis inventée. Un plaisir aussi délicat que discret consistant à me caresser, à tout moment durant mes huit heures contractuelles, en tous lieux et en toutes circonstances. Assise bien droite sur ma chaise, ma chatte s'active et reste sous tension en présence de tous les collègues et visiteurs qui, à l'évidence sont bien loin de se douter à quels petits jeux subtils je me livre sous leurs yeux.

Rien de compliqué pourtant. Un scénario que j'ai mis peu à peu au point jusqu'à détenir aujourd'hui une véritable expertise que je livre volontiers aux femmes soucieuses de leur confort et de leur bien-être quotidien.

Tout d'abord s'habiller de vêtements sobres et amples, robes et châles de préférence, mais aussi jupes amples et même tailleurs et chemisiers réalisés dans des matières souples et confortables. Un maquillage discret, un rien provocateur, des ongles vernis d'un rose pâle. Voilà pour l'extérieur. En vêtements intimes, pas de mystère : une culotte bien fine et un soutien-gorge mini à amples bonnets. Ainsi mes attouchements en seront d'autant facilités et mes moindres mouvements agréablement amplifiés.

Reste l'entraînement physique. Rien de plus simple. Tout d’abord, pour rendre ma chatte plus sensible, je me suis faite intégralement épiler dans un institut spécialisé. Ensuite, il me suffit d'appuyer mon cher minou sur ma chaise en trouvant la position qui convient, de croiser et décroiser les jambes en les serrant bien fort et surtout de faire jouer pleinement mes muscles profonds, ceux qui relient mon sexe à mon anus.

Il est vrai que cet exercice demande un réel entraînement digne des meilleurs sportifs. J'en suis très reconnaissante à mon professeur de yoga qui, à chaque séance, nous initie à la respiration abdominale accompagnée d'une parfaite concentration destinée à porter notre regard intérieur vers cette zone si importante de notre corps. Je n'ai jamais confié à mon professeur l'usage que je fait de ces entraînements intensifs et ô combien précieux.

Dans cet exercice, il ne saurait être question pour moi, d'accéder à la jouissance ultime. Pas d'explosion, aucune extériorisation bien entendu, mais une délicieuse béatitude, un état d'excitation diffus et bien agréable, comme une lente montée d'un orgasme qui n'en finit pas. Tout l'art consiste donc à me conduire subtilement à un niveau de tension sexuelle agréable mais contrôlable et de m'y maintenir toute la journée.

Un plaisir sans pareil.

Ce qui contribue également à me conserver dans ce doux état de sensualité physique, c'est la façon dont j'enserre mes seins avec mes avant-bras alors que je continue de jouer avec le clavier de mon ordinateur ou d'utiliser mon téléphone potable. Je peux ainsi plus aisément laisser discrètement l'ongle bien long d'un doigt effleurer un téton qui réagit aussitôt et se dresse, comme s'il voulait percer le tissu déjà tendu de mon chemisier.
J'adore sentir ma poitrine se gonfler, s'épanouir par une demande non assouvie de caresses. Parfois je parviens à enfoncer mon pouce dans l'auréole de mon bout qui frémit sous la tendre pression, et je fais manoeuvrer le doigt coquin pour un furtif massage. Je me cambre légèrement afin que mon sein s'offre aisément au doigt provocateur. La sensation se fait plus forte, plus aiguë. Un léger courant se met alors à envahir ma poitrine qui envoie ses messages affolés vers mon ventre qui les reçois et s'en nourrit pour accroître encore mon désir latent. 


Lorsque je mets une fine culotte fendue devant, je peux même, de temps en temps, accéder à mon vagin et y faire pénétrer furtivement un ou deux doigts pour peu que ma robe ou ma jupe se boutonne par devant. Un délice. Bien sûr, il peut m'arriver également de ne pas mettre de culotte du tout. C'est tout de même rare. Je suis audacieuse mais prudente. Parfois, me laissant ainsi aller à mes délicieuses caresses, je laisse échapper des soupirs que je laisse à chacun le soin d'interpréter...

Et au téléphone ? Pendant les longs entretiens avec mes interlocuteurs de Chicago et de Ryad que je connais de longue date, je me pose d'une fesse à l'autre, en écrasant dans ce subtil va-et-vient mon clitoris érigé au rythme des paroles échangées.
Parfois un spasme de plaisir me surprend en pleine conversation. Je bafouille. On peut heureusement mettre cela sur le compte de mon anglais parfois hésitant. S'ils savaient ces sérieux interlocuteurs, hommes et femmes, le plaisir qui m’envahit ! Mon corps ondule avec lenteur, je flotte dans une plaisante euphorie. Je me sens alors pleinement femme, à l'aise dans ma peau, claire dans la tête, bien dans mon sexe et je vis une douce et tendre intimité avec moi-même.

Je vous ai raconté ma coquinerie dont je suis la seule à détenir la clef, celle consistant à me comporter le plus normalement possible à l'égard des autres dans un frémissement permanent de mon sexe. Combien de fois ne m'est-il pas arrivé, sollicitée par mon directeur, par un collègue, par un client, de converser avec aisance, de les regarder en face alors que moi-même me sentais chavirer sous l'effet de cette délicieuse chaleur que j'entretiens volontairement entre mes cuisses et de sentir soudainement un léger spasme de désir feutré alors que je continue calmement à fournir à mes interlocuteurs les informations demandées.

Voilà, je vous ai confié mon secret. Les femmes me comprendront et je vous assure que les hommes (et parfois les femmes) en profitent pleinement lorsque je rentre du travail. Je ne suis pas égoïste.

Moi d'abord, bien secrètement.

Sylvie

***

Un grand merci à Franz pour ce premier récit publié sur Nouvelles Erotiques. Vous avez aimé ? Dites le nous en commentaires.